À Béziers, qui reçoit Valence Romans, cela fait des mois que l’on songe à demain

À Béziers, qui reçoit Valence Romans, cela fait des mois que l’on songe à demain

Les Biterrois espèrent briller en cette fin de saison. Un match qualificatif à domicile serait intéressant d’un point de vue financier. Midi Libre – Michael Esdourrubailh

Recrutement, budget, masse salariale… Du côté de l’ASBH, on travaille déjà depuis des mois à préparer la saison prochaine. Et pour ce faire, chaque match gagné est indéniablement un "plus". Battre les Isérois coule donc de source en cette fin de saison colorée.

Briller sur les prés ne se prépare pas seulement lors des séances d’entraînement. Du côté de Béziers, qui reçoit Valence-Romans, ce vendredi 12 avril, c’est à tous les étages de la fusée que l’on s’active. C’est ainsi depuis le début du championnat. Pas question, en effet, de préparer la prochaine saison au dernier moment. En termes de recrutement, le staff biterrois, et surtout Pierre Caillet, y réfléchit depuis des mois. Depuis que les matches s’enchaînent. La "pépite" des prés ne se dégote pas en claquant des doigts. Il faut beaucoup de contacts, négocier et intéresser les joueurs. C’est grâce à son réseau, notamment, que le coach a réussi à faire venir Christian Judge, le pilier des Saracens.

En cette fin de saison, Béziers n’attire pas seulement le feu des projecteurs : "Pierre Caillet est toute l’année sur le qui-vive, précise Jean-Michel Vidal, le président du directoire. Ce n’est donc pas au mois d’avril que l’on décrète qu’il faut recruter." D’autant que si l'ASBH séduit, le club fait aussi naître des convoitises : "Bien entendu, on essaye de nous prendre des joueurs, ne cache pas le chef de file biterrois en songeant au départ de certains éléments comme John Madigan, Clément Bitz ou encore Maxime Espeut. C’est une des raisons pour laquelle il faut anticiper."

Si possible un budget en augmentation la saison prochaine

Côté finances, idem. Cela fait déjà de longues semaines, que le club a sorti les calculettes : "Nous faisons en sorte que le budget de la saison prochaine soit en augmentation, assure Jean-Michel Vidal. Et nous y travaillons tôt car cela permet de donner au staff une enveloppe pour qu’il puisse établir son recrutement." Sans oublier que pour bâtir le groupe, il faut aussi miser obligatoirement sur des joueurs issus des filières de formation : "Nous trouvons pertinente l’équipe actuelle, précise le président. Mais comme il y a des départs, nous sommes bien obligés de remplacer les partants. Et nous essayons, de faire en sorte que les nouveaux soient plus performants. C’est aussi pour cela nous essayons d’augmenter la masse salariale des joueurs en vue de la saison prochaine." C’est loin d’être à l’ordre du jour, mais si Béziers montait, à terme, en Top 14, il faudrait l’envisager comptablement…

Sachant que financièrement, une fin de championnat comme celle que vit Béziers actuellement est particulièrement intéressante. De plus en plus de personnes viennent au stade (presque 8 894 spectateurs pour la venue de Biarritz) et un match de qualification joué au stade Raoul-Barrière serait un "plus" non négligeable. Toujours en songeant à la prochaine saison.

Mais pour cela, il faut d’abord battre Valence Romans, ce vendredi 12 avril.

Je m’abonne pour lire la suite

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

(function(d,s){d.getElementById("licnt2061").src= "https://counter.yadro.ru/hit?t44.6;r"+escape(d.referrer)+ ((typeof(s)=="undefined")?"":";s"+s.width+"*"+s.height+"*"+ (s.colorDepth?s.colorDepth:s.pixelDepth))+";u"+escape(d.URL)+ ";h"+escape(d.title.substring(0,150))+";"+Math.random()}) (document,screen)