Football : “Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour le SC Sète”, assure Franck Casalis

Football : "Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour le SC Sète", assure Franck Casalis

Franck Casalis entouré de ses U15, qui porteront les couleurs des Dockers à la rentrée.

L’éducateur des U15 "Vert et blanc" explique pourquoi lui et son équipe quittent le club.

Fait rare dans le sport, un coach et toute son équipe porteront les couleurs d’un autre club la saison prochaine. Franck Casalis et ses U15 rejoignent les rangs des Dockers et le coach, désormais ancien "Vert et blanc", a tenu à apporter des précisions après les propos du président Stefan Paler.

Le SC Sète mis en avant

« Affirmer que j’ai fait un club dans le club voudrait dire que je n’en ai fait qu’à ma tête alors que nous avons subi. Je suis diplômé BMF, je venais donc dans l’esprit de faire travailler ce groupe. Mais il faut savoir que ces U15 n’étaient pas respectés depuis des années, dès les U10 ils ont été mis de côté et cela s’est accentué en U14. On préférait faire monter des U13 plutôt que de mettre les U14. J’ai récupéré un groupe démobilisé, démotivé. Et mon ressenti était que si cette équipe ne se faisait pas, cela arrangeait tout le monde. J’ai fait un tournoi en début de saison qui a rapporté 500 € au club, les jeunes ont fait deux stages, on a fait une action pour Octobre rose, une autre pour le Noël solidaire, je leur ai proposé des activités hors foot… Quand un éducateur propose autant, ça dérange. Il aurait fallu que les propositions émanent de la direction. J’ai fait tout cela pour les jeunes et le club, on a toujours mis en avant le SC Sète sans qu’il ne nous donne un centime. Un club dans le club ? C’est toujours le SC Sète qui en a été le bénéficiaire. »

Il suit ses jeunes

Finalement, Franck Casalis a été remercié en fin de saison. « On m’a viré par SMS, quelques jours après que j’ai organisé, avec Madior Diallo et l’ensemble des éducateurs, la fête de l’école de foot. Voilà ce qui s’est passé. J’ai été menacé sans qu’il n’y ait de sanction. Les parents observent, ils sont montés au créneau et je les ai toujours calmés. Sauf qu’en fin de saison, certains ont insulté le président sur notre groupe Whatsapp. Je n’étais pas d’accord avec ça, mais quelqu’un l’a rapporté au président et ça m’est retombé dessus. En quittant le club, j’ai demandé aux jeunes de faire confiance aux dirigeants. Mais des parents m’ont prévenu qu’ils quittaient le SCSète et que leurs gamins allaient arrêter le foot. Ils m’ont quand même demandé si je pouvais monter une équipe ailleurs, c’est pourquoi je me suis rapproché des Dockers. Les jeunes ne m’ont pas suivi, c’est moi qui ai suivi les jeunes. »

Du respect pour la direction du club

Le divorce est prononcé et c’est avec une certaine amertume que Franck Casalis quitte donc son club. « Le FC Sète, qui m’a formé, est un grand club. Je ne me suis jamais plaint, alors même que je n’ai toujours pas été payé, et quand je suis resté trois mois sans gardien à l’entraînement. J’ai fait toutes les réunions du foot à cinq, le seul pôle à avoir assuré toutes les réunions. L’idée de former des gamins en échec scolaire vient de moi. J’ai fait des erreurs, mais ce n’est rien comparé à tout ce que j’ai fait de bien. On aurait pu se mettre à table et en parler… J’ai du respect pour la direction du club, j’ai toujours été franc avec eux. Je pense que le président et son directeur sportif gagnent à être connus, mais ils sont esseulés. »

Je m’abonne pour lire la suite

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

(function(d,s){d.getElementById("licnt2061").src= "https://counter.yadro.ru/hit?t44.6;r"+escape(d.referrer)+ ((typeof(s)=="undefined")?"":";s"+s.width+"*"+s.height+"*"+ (s.colorDepth?s.colorDepth:s.pixelDepth))+";u"+escape(d.URL)+ ";h"+escape(d.title.substring(0,150))+";"+Math.random()}) (document,screen)