Grève des enseignants : service minimum d’accueil, revendications, manifestations… à quoi s’attendre en région ce jeudi ?

Grève des enseignants : service minimum d'accueil, revendications, manifestations... à quoi s'attendre en région ce jeudi ?

Le point sur la mobilisation de l’Education nationale de ce jeudi 1er février 2024. MIKAEL ANISSET – MIDI LIBRE

Ce jeudi 1er février 2024, les enseignants sont appelés à faire grève pour les salaires mais aussi le manque de moyens. La mobilisation devrait être importante en région, Midi Libre fait le point.

En plein mouvement des agriculteurs, ce jeudi 1er février, ce sont les enseignants qui manifesteront à l'occasion d'une journée de grève. Cet appel a été lancé par différents syndicats en raison d'une revalorisation des salaires ou encore d'une hausse des recrutements. Cette journée de grève est également une réaction aux propos de la ministre de l'Education nationale, Amélie Oudéa-Castéra, engluée dans des polémiques.

Le point en région

En région, la mobilisation devrait être assez forte, ainsi, ce jeudi est annoncé "noir". Du côté du Gard, à Alès, une dizaine d'écoles maternelles (telles que MandajorsPaul Langevin et Près Saint Jean) fonctionneront au service minimum d'accueil. Les écoles élémentaires Claire Lacombe, Louis Pasteur, Veigalier suivront le pas.

À Nîmes, une manifestation partira à 10 h 30 à Carré d'art dans la matinée de ce jeudi. Une délégation espère être reçue à la préfecture à la mi-journée."La grève sera probablement bien suivie avec cet appel de bon nombre d'organisations syndicales", estime une enseignante.

Dans l'Hérault, la colère des syndicats se fait ressentir, notamment à Montpellier. "Aujourd'hui des collègues nous demandent s'il ne faudrait pas faire comme les agriculteurs. L'attente forte c'est la baisse des effectifs dans les classes. Or, l'annonce des groupes de niveaux ne répond pas aux attentes des personnels", explique Mathieu Marchal de FO enseignement. Dans la capitale héraultaise, la manifestation partira à 14 heures devant l'Opéra, prendra la direction de la gare, du Jeu-de-Paume, du Peyrou et se rendra enfin devant le rectorat. 

Plusieurs collèges héraultais demandent également leur classement en réseau d'éducation prioritaire, après un premier rassemblement ce mercredi devant le rectorat. "Il faut que la carte des zones d'éducation prioritaire soit revue. Plein d'élèves sont demandeurs de moyens pour travailler normalement mais on a l'impression qu'ils sont laissés à la marge" explique Florian Georges (Snes), prof d'histoire-géo au collège de La Dullague à Béziers.

Cette journée de grève touchera également Sète. L'Accueil de loisirs périscolaires (ALP) sera impacté, cela signifie qu’il n’y a ni restauration ni repas tiré du sac, ni accueil périscolaire. Midi Libre fait le point sur les établissements concernés.

La ville aveyronnaise de Millau n'y échappera pas non plus. Après les propos jugés "méprisants" de la part d'Amélie Oudéa-Castéra, ce jeudi il s'agira d'une "grosse mobilisation unitaire", annonce Julie Bernat-Sandragné du SUI-FSU.

Au total, 38% des enseignants seront grévistes à Millau et 12% parmi les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem) et le personnel. L'école du Crès sera la plus impactée avec 100 % des enseignants en grève. Midi Libre a fait le point sur la situation qui attend parents et élèves. À noter, que le seul rassemblement prévu dans l'Aveyron est à Rodez.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

(function(d,s){d.getElementById("licnt2061").src= "https://counter.yadro.ru/hit?t44.6;r"+escape(d.referrer)+ ((typeof(s)=="undefined")?"":";s"+s.width+"*"+s.height+"*"+ (s.colorDepth?s.colorDepth:s.pixelDepth))+";u"+escape(d.URL)+ ";h"+escape(d.title.substring(0,150))+";"+Math.random()}) (document,screen)