Journée sur les deux rives de l’étang de Thau pour le préfet de l’Hérault

Journée sur les deux rives de l’étang de Thau pour le préfet de l’Hérault

Le préfet a écouté les exposés des membres d’Ifremer avec beaucoup d’attention. MIDI LIBRE – PHILIPPE MALRIC

François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault, a passé la matinée à Mèze avant de suivre un exposé à la station Ifremer de Sète et de se rendre au centre de rétention administrative.

Si certains préfets ont brillé par leur absence autour du bassin de Thau, on ne peut en dire de même pour François-Xavier Lauch, le préfet de l’Hérault qui, depuis son arrivée il y a sept mois de cela, a effectué ce mercredi 15 mai au moins sa dixième visite dans le secteur.

Rencontre avec le maire et visites

Ainsi, il a passé la matinée à Mèze où il a rencontré le maire Thierry Baëza pour évoquer les dossiers en cours avant de déambuler en ville et notamment visiter les locaux de France Services. Ce lieu permet de regrouper en un même endroit plusieurs permanences des services de l’État.

François-Xavier Lauch a, ensuite, déjeuné au Mourre Blanc où, notamment en compagnie de Maria Ruyssen, la directrice de la station Ifremer de Sète, ont été balayé plusieurs sujets concernant la conchyliculture dont celui des "tables de la conchyliculture du futur".

Deux exposés à Ifremer

Puis avec Guillaume Raymond, sous-préfet du bassin de Thau, il a embarqué pour aller, en face, à la station Ifremer de Sète. Le représentant de l’Etat a suivi deux exposés. Un sur tout le système de recherches et les partenaires pour la préservation de la biodiversité marine – ainsi que la lourdeur administrative et le temps passé à essayer de décrocher (souvent en vain) des financements. Le second sur l’état des ressources halieutiques de Méditerranée. Où il a appris que 60 % des produits ramenés en criée provenaient de la zone côtière, dans laquelle aucune étude n’est menée sur l’état des stocks. "Les outils que l’on avait avant ont été tout simplement supprimés", a glissé Emmanuel Tessier, le patron du labo halieutique.

“Au CRA, je veux comprendre”

A l'issue de cette fructueuse journée, François-Xavier Lauch est également passé par le Centre de rétention administrative duquel une dizaine de personnes se sont échappées en fin de semaine dernière. "Cela me dérange qu'en tant que représentant de l'Etat, dix personnes ne soient pas reconduites à la frontière, a commenté le préfet. Ma visite, ce n'est pas une inspection mais je veux discuter avec le personnel afin de trouver une solution pour que cela ne se reproduise pas. Je veux comprendre."

Question sur l’état des ressources

Et son collègue Grégoire Certain d’exposer ensuite les risques autour de la baudroie avec la disparition des grands reproducteurs, du stock "effondré du merlan" pour les mêmes raisons – le futur plan WestMed 2 est en négociation sur le sujet – ou encore la hausse, selon les observations, des rougets et des crevettes. "J’ai besoin de comprendre les règles concernant l’état des ressources et le retour qui en est fait auprès des professionnels qui vivent une période compliquée, a commenté le préfet pour expliquer sa visite à Ifremer. Il faut essayer de trouver un équilibre. Cela a marché avec le thon. Mais je suis surpris d’apprendre que certaines espèces sont suivies et d’autres pas". Une journée qui lui a, en tout cas, permis de nourrir sa réflexion. Et d’envisager assurément une nouvelle visite sur le bassin de Thau pour conforter son opinion…

Je m’abonne pour lire la suite

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

(function(d,s){d.getElementById("licnt2061").src= "https://counter.yadro.ru/hit?t44.6;r"+escape(d.referrer)+ ((typeof(s)=="undefined")?"":";s"+s.width+"*"+s.height+"*"+ (s.colorDepth?s.colorDepth:s.pixelDepth))+";u"+escape(d.URL)+ ";h"+escape(d.title.substring(0,150))+";"+Math.random()}) (document,screen)