La ville de Bagnols-sur-Cèze mobilisée pour que “l’école républicaine soit aussi celle des enfants porteurs de handicap”

La ville de Bagnols-sur-Cèze mobilisée pour que "l’école républicaine soit aussi celle des enfants porteurs de handicap"

Keylia et Betthany participent à l’atelier jardinage de Mon école B à Jules-Ferry, un dispositif “essentiel” pour l’élu Christian Baume. C.B.

Pour la première fois, le dispositif Mon école B de Bagnols-sur-Cèze s’ouvre aux enfants porteurs de handicap qui participent à des activités pendant les vacances. Une première étape vers l’inclusion scolaire.

Pendant les vacances scolaires, les écoles Jules-Ferry et Célestin-Freinet, situées en quartier prioritaire de la politique de la ville, accueillent gratuitement les petits Bagnolais, pour participer à diverses activités, dont certaines sont animées par des associations de la ville, dans le cadre de "Mon école B".

Ce dispositif, d’abord baptisé l’école buissonnière, avait été lancé en 2020 par la ville de Bagnols-sur-Cèze à la sortie du Covid pour permettre aux écoliers de rattraper du temps scolaire et reprendre le chemin de l’école. À l’époque, l’école buissonnière avait inspiré le programme national des vacances apprenantes.

Inclusion scolaire

Alors que chaque première semaine des petites vacances, plus de 180 enfants de 6 à 11 ans participent à ces activités, la ville a décidé en ce mois d’avril d’ouvrir "Mon école B" à des jeunes porteurs de handicap. "Christine Muccio, adjointe à l’éducation, et l’équipe éducative s’investissent depuis plus d’un an pour que l’inclusion scolaire se concrétise" explique l’adjoint Christian Baume, venu ce jeudi 11 avril prendre le pouls de ce dispositif à l’école Jules-Ferry.

Dans cet objectif, la ville travaille avec les IME (instituts médico-éducatifs) Les Violettes et Les Hamelines. "C’est une volonté politique. Nous souhaitons que ces jeunes porteurs de handicap soient intégrés dans les établissements scolaires et pas marginalisés. L’école de la République est l’école de tous les enfants" rappelle l’élu.

"Pas de jugement, ni de regard déplacé"

"Cette semaine, on a reçu six enfants de l’IME des Violettes, venus avec leurs éducateurs, et ça s’est très bien passé" témoigne Audrey Roubaud, coordinatrice de Mon école B. "Ils se sont mélangés avec les autres enfants. Il n’y a pas eu de jugement, pas de regard déplacé". Déjà en février, une première expérience avait été faite avec des adolescents lors de séances de sport dans le cadre du programme "quartier d’hiver".

Une inclusion des enfants porteurs de handicap qui ne serait pas possible sans "l’adhésion des animateurs, des agents et des enseignants" souligne Christian Baume. Afin d’accueillir au mieux ces jeunes, des formations vont être lancées pour les animateurs et les Atsem (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) de toutes les écoles bagnolaises. Le personnel va également bénéficier d’un apprentissage de la langue des signes en partenariat avec le centre de rééducation de l’ouïe et de la parole (Crop) pour accompagner les enfants malentendants.

Des classes spécifiques en projet pour
les enfants porteurs d’un handicap lourd

En dehors de ces temps d’accueil pendant les vacances, l’inclusion dans le temps scolaire est aussi une volonté de la ville. "Les enfants porteurs d’un handicap léger, accompagné d’un AESH (accompagnant d’élève en situation de handicap) s’insèrent rapidement dans les classes, mais pour ceux qui ont un handicap plus lourd, on envisage de constituer des classes spécifiques dans les écoles" annonce l’élu. "Les enfants se retrouveront dans la cour avec les autres".

"Il y a de plus en plus d’enfants porteurs de handicap" constate Nathalie Ledoux, directrice au service éducation et sport, qui déplore le manque d’AESH (accompagnant d’élève en situation de handicap) sur le temps scolaire. "Avant il y avait un AESH pour un enfant, aujourd’hui, c’est un pour deux ou trois enfants. Les enfants porteurs de handicap ne peuvent venir en classe qu’une heure ou deux".

Mon école B, pour tous les écoliers bagnolais

Le dispositif Mon école B est ouvert, gratuitement, à tous les enfants bagnolais du niveau CP au CM2. Les activités se déroulent dans les écoles Jules-Ferry et Célestin-Freinet, deux établissements situés dans le périmètre de la politique de la ville.

Mon école B est aussi proposée trois semaines en juillet et la dernière semaine d’août, avant la rentrée des classes.

Pour les plus grands, de 11 à 17 ans, il existe un autre dispositif, Les ados s’animent.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

(function(d,s){d.getElementById("licnt2061").src= "https://counter.yadro.ru/hit?t44.6;r"+escape(d.referrer)+ ((typeof(s)=="undefined")?"":";s"+s.width+"*"+s.height+"*"+ (s.colorDepth?s.colorDepth:s.pixelDepth))+";u"+escape(d.URL)+ ";h"+escape(d.title.substring(0,150))+";"+Math.random()}) (document,screen)