Le festival Cratère Surfaces d’Alès se termine avec un plein de couleurs et de rêves

Le festival Cratère Surfaces d’Alès se termine avec un plein de couleurs et de rêves

“Nénuphar”, de Franz Clochard, a offert une prouesse technique et onirique sur les eaux du Gardon. Midi Libre – ALEXIS BETHUNE

Malgré un temps maussade, le festival international des arts de rues d’Alès s’est terminé en apothéose ce samedi 6 juillet.

Elle a tenu de nombreux Alésiens en haleine. Pendant toute la journée ce samedi, le ciel alésien était gris. Chargé. La pluie, parfois, tombait en gouttes, laissant présente la menace d’un possible orage annoncé par les prévisions météo.

Devant le gris, les couleurs

Mais en début de soirée, la bonne nouvelle tombe : les organisateurs de Cratère Surfaces confirment la tenue de tous les spectacles programmés pour cet ultime jour de festival. Et sur le plancher des vaches, les quelques gouttes de pluies n’ont aucunement découragé les spectateurs qui ont rempli au maximum la plupart des scènes. Sidney Spin, champion du monde de balançoire géante, a ainsi réussi sa révolution complète. Monsieur Culbuto est revenu au parvis du Cratère. Georg Traber a grimpé sa vertigineuse tour éphémère.

Le festival Cratère Surfaces d’Alès se termine avec un plein de couleurs et de rêves

Sidney Spin a réussi son tour complet sur sa balançoire géante. Midi Libre – ALEXIS BETHUNE

Le festival Cratère Surfaces d’Alès se termine avec un plein de couleurs et de rêves

Au “Panorama”, le public a pris la place des stars de cinéma. Midi Libre – ALEXIS BETHUNE

La compagnie Mouvements perpétuels a rendu hommage aux richesses de la danse et de la boxe. Sous les regards, qui plus est, de Denis Lafaurie, ancien directeur du Cratère, et de David Wampach, chorégraphe alésien de renommée internationale.

Le festival Cratère Surfaces d’Alès se termine avec un plein de couleurs et de rêves

“À nos combats”, une fête où la danse et la boxe ont trouvé une harmonie. Midi Libre – ALEXIS BETHUNE

"Nénuphar”, le contemplatif

Pourtant, vers 22 h, alors que la foule s’est entassée autour du Gardon pour découvrir Nénuphar, la nouvelle et secrète création de Franz Clochard, les ondées sont devenues plus soutenues. Mais l’aléa n’a pas empêché l’artiste et son équipe d’offrir une prestation unique en son genre, insondable, au cœur même de la rivière.

Jouée depuis des scènes posées sur un décor pouvant rappeler l’univers de Jules Verne, la musique électro et les xylophones ont rencontré guitariste rock et choristes transportées, lentement, sur des barques et des pontons au fil de l’eau.

Le festival Cratère Surfaces d’Alès se termine avec un plein de couleurs et de rêves

Comme si la pluie souhaitait accompagner les arpèges du guitariste. Midi Libre – ALEXIS BETHUNE

Le festival Cratère Surfaces d’Alès se termine avec un plein de couleurs et de rêves

Les membres des Fous chantants ont fait transporter leurs voix. Midi Libre – ALEXIS BETHUNE

Un spectacle interpellant par son rythme, mais faisant une ode à la poésie et aux richesses de la création. Comme si Franz Clochard et Cratère Surfaces souhaitaient partager un éloge à la nature et à la contemplation, avant que chacun reprenne, ensuite, une vie “normale”.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

(function(d,s){d.getElementById("licnt2061").src= "https://counter.yadro.ru/hit?t44.6;r"+escape(d.referrer)+ ((typeof(s)=="undefined")?"":";s"+s.width+"*"+s.height+"*"+ (s.colorDepth?s.colorDepth:s.pixelDepth))+";u"+escape(d.URL)+ ";h"+escape(d.title.substring(0,150))+";"+Math.random()}) (document,screen)