“On va être plus regardées et attendues” prévient l’entraîneuse des handballeuses du MHB Elvine Granier

"On va être plus regardées et attendues" prévient l’entraîneuse des handballeuses du MHB Elvine Granier

Avec l’un des plus petits budgets de N1, le HBF3M avait bataillé pour le titre et terminé 3e de l’exercice 2023-2024. Jean-Vincent Menceur

Les handballeuses de Montpellier restent les mêmes, sous la "bannière" du MHB. Coache et groupe reconduits, collectif renforcé de cinq recrues et une motivation décuplée pour cette nouvelle saison de Nationale 1 qui débutera le 7 septembre, après un tour de coupe de France le 31 août.

L’annonce a été faite jeudi soir 4 juillet : le MHB intègre le Handball Féminin Montpellier Méditerranée Métropole (HBF3M) dans son Academy. Une nouvelle histoire pour le handball à Montpellier, une nouvelle perspective pour les féminines, tournée vers le haut niveau et le professionnalisme.
Le MHB intègre donc les équipes U15 Occitanie, U17 National, N3 et N1 du HBF3M qui évolueront sous la bannière et aux couleurs du MHB, mais dans la continuité avec Tiphaine Mennesson qui devient responsable opérationnelle de l’Academy féminine : "Je vais être en charge de coordonner, piloter l’Academy, donc les quatre équipes féminines et la section sportive qui va s’appeler sport études à partir de la saison prochaine au lycée Mermoz où je garde les missions d’entraînement. L’idée étant de structurer à l’image de la filière garçons du MHB. C’est une opportunité d’intégrer ce genre de structure. Aujourd’hui, on allie notre savoir-faire et notre expertise du handball féminin aux moyens humains et structurels du MHB qu’on va intégrer de manière progressive pour être efficace rapidement."

Une équipe de guerrières avec Elvine Granier

L’entraîneuse, Elvine Granier reste en charge de la N1, "moi aussi je me suis prise au jeu du challenge MHB !", avec suite au départ de Laurent Puigségur, Sébastien Richard comme adjoint (FTHB). Et toutes les joueuses qui repartent, motivées à continuer. "L’ensemble du collectif reste et c’est une grande fierté pour moi, elles sont motivées comme jamais. On est ravie de ce mariage parce que c’est d’abord une reconnaissance de notre travail et puis les filles vont pouvoir progresser, cela va amener de la performance" alors qu’une accession en D2 est visée d’ici deux ans.

Cinq recrues, une reprise le 5 août

Un groupe qui a déjà ses recrues, cinq joueuses dont Camille Denojean (21 ans, pivot) passée par le centre de formation à Nice puis Bouillargues en D2 ; Manon Tisseyre (26 ans, arrière), au club il y a 7 ans, qui a aussi l’expérience de la D2 ; Tabara Soumaré (22 ans, arrière) qui a évolué à Saint-Étienne ; Morgane Salvucci (22 ans, ailière gauche) et Carla Barthélemy (19 ans) jeune arrière de Clermont-l’Hérault. "On mise aussi sur l’avenir pour compléter un groupe de guerrières !"
Des Montpelliéraines qui ont souhaité garder leur antre de Spinosi : "C’est le chaudron, c’est leur maison ! C’est difficile d’y jouer pour nos adversaires précise Elvine Granier. On va être plus regardées, les filles doivent s’attendre à ça. L’an passé, on n’était pas attendues, on le sera plus, il va falloir le gérer. J’ai envie de voir comment on va s’en sortir. Ça va être un championnat plus dur, avec des derbies et des équipes qui ont annoncé leurs ambitions comme Nîmes, la Motte Servolex, Cannes… À nous de répondre présent." 

Je m’abonne pour lire la suite

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

(function(d,s){d.getElementById("licnt2061").src= "https://counter.yadro.ru/hit?t44.6;r"+escape(d.referrer)+ ((typeof(s)=="undefined")?"":";s"+s.width+"*"+s.height+"*"+ (s.colorDepth?s.colorDepth:s.pixelDepth))+";u"+escape(d.URL)+ ";h"+escape(d.title.substring(0,150))+";"+Math.random()}) (document,screen)