Soupçons de maltraitance sur deux chiennes dans le Gard : face à la situation de Pepa et Kailye l’association One Voice monte le ton

Soupçons de maltraitance sur deux chiennes dans le Gard : face à la situation de Pepa et Kailye l’association One Voice monte le ton

Pepa et Kailye sont au cœur du nouveau combat gardois de l’association. PIXABAY illustration – Midi Libre

Le 29 mai dernier, ces deux chiennes ont été retirées à leur propriétaire gardois et confiées à la SPA de Nîmes. Mercr 10 juillet, l’association de protection animale vient de déposer plainte, alors que la justice aurait, selon elle, ordonné leur restitution.

Le 28 mai 2024, une vidéo filmée par un riverain attestait de faits de violences physiques (coups) infligés par un homme à une chienne à proximité de Nîmes dans le Gard. Le lendemain, Pepa et Kailye, qui vivaient sous le même toit étaient alors retirées à leur propriétaire puis placées à titre conservatoire à la SPA de Nîmes. Une enquête ouverte sous la direction du parquet de Nîmes était en parallèle confiée à la gendarmerie de Calvisson (compagnie de Vauvert).

La propriétaire des chiens et l’auteur des coups en couple sous le même toit

Dans un communiqué rendu public ce mercredi 10 juillet, l’association One Voice indique avoir déposé plainte, la restitution des deux chiennes à leur propriétaire ayant été, selon l'association, ordonnée ce même jour par la justice  alors même que les investigations seraient toujours en cours.

"Les deux animaux appartiennent en réalité à la compagne du mis en cause. Un mis en cause qui réside sous le même toit qu’elle et qui rejette la qualification de "maltraitance" pour les faits qui lui sont imputés. Des faits que cet homme qualifie, lui, de "correction" infligée à l’une des deux chiennes suite à des dégradations", regrette notamment l’association.

"Peu importe pour les autorités que les deux victimes canines réintègrent la même maison que leur bourreau", dénonce enfin One Voice, toujours dans ce communiqué où elle exhorte la justice de prononcer sine die la confiscation définitive des animaux.

Les chiens confiés en gardiennage

Dans un communiqué rendu public ce mercredi soir, la procureure de la République de Nîmes, Cécile Gensac, indique à son tour : "qu’il est ressorti des investigations que les chiens victimes ne présentent pas de séquelles physiques. L’expert n’ayant pas en outre constaté de maltraitance avérée".

" Les faits relèvent de la qualification de contravention de 4e classe. Ils feront l’objet d’un jugement devant le tribunal de police en septembre prochain. […] Le mis en cause sans antécédent judiciaire a quant à lui reconnu un comportement inadapté", poursuit la procureure qui indique, enfin, que les deux animaux n’ont pas réintégré leur foyer dans l’attente du jugement à intervenir. Mais ont été "mis en gardiennage dans un lieu adapté hors de leur domicile auprès de personnes qu’ils connaissent".

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

(function(d,s){d.getElementById("licnt2061").src= "https://counter.yadro.ru/hit?t44.6;r"+escape(d.referrer)+ ((typeof(s)=="undefined")?"":";s"+s.width+"*"+s.height+"*"+ (s.colorDepth?s.colorDepth:s.pixelDepth))+";u"+escape(d.URL)+ ";h"+escape(d.title.substring(0,150))+";"+Math.random()}) (document,screen)