Un nouveau foyer pour un “nouveau souffle” chez Avenir Jeunesse

Un nouveau foyer pour un "nouveau souffle" chez Avenir Jeunesse

Alix Pratlong, directrice, récupère les clefs de la présidente sortante, Muriel Allègre. MIDI LIBRE – Eva Bonnet-Gonnet

L’association, qui œuvre à l’accompagnement et l’insertion des jeunes, a inauguré ce mercredi 19 juin son nouveau siège social. Installé allée de Cendras, Alès, il permet de soulager le travail des médiateurs.

Elle s’appellera la Maison des Deux Cèdres. Jusqu’ici, l’association Avenir Jeunesse, actrice majeure de la médiation sociale depuis 1987 sur le bassin alésien, était privée d’un siège social. Après de longs mois de recherche et de bataille administrative, Avenir Jeunesse a reçu, ce mercredi 19 juin, les clefs de sa nouvelle bâtisse acquise au 9 allée des Cèdres.

Dotée d’un jardin, réhabilitée de bureaux, de salles de réunion, de lieux de rencontre intimistes, cette structure, placée à la croisée des secteurs d’intervention d’Avenir Jeunesse, permettra "de donner un second souffle" à l’association. "Ces bureaux nous permettent de nous réimplanter au cœur du territoire, de donner plus d’accessibilité aux jeunes avec qui nous travaillons, et vont nous soulager, explique Alix Pratlong, directrice de l’association depuis 2017. Les entretiens avec les jeunes, jusqu’à aujourd’hui, se faisaient dans les fast-foods, dans les cafés, dans certains cas dans les voitures. Désormais, il y a un lieu de rencontre, privé, plus rassurant pour les jeunes, et un lieu où nous aussi, membres du personnel, pourrons nous réunir."

Un nouveau foyer pour un "nouveau souffle" chez Avenir Jeunesse

Les élus locaux et bénévoles ont inauguré la bâtisse. MIDI LIBRE – Eva Bonnet-Gonnet

Un travail primordial pour la jeunesse 

Maires et divers élus du territoire, mais aussi bénévoles et travailleurs sociaux de l’association, ont, à cette occasion, tenu à rappeler l’importance et l’utilité de leurs missions au quotidien. "Avenir Jeunesse n’est pas des prestataires, mais des partenaires […] a assuré Amal Couvreur, conseillère départementale et régionale, micro en main, à l’occasion de l’inauguration. Votre action est primordiale […] Ensemble, nous continuerons à veiller sur les plus démunis […] Je vous en supplie, ne lâchez rien."

Veiller sur les jeunes, Salima Aissaoui, éducatrice spécialisée, en connaît les mesures, les difficultés, la satisfaction, aussi. Une nouvelle maison est un petit pas pour l’association, mais le plus gros du travail, celui de terrain, ne sera pas soulagé pour autant, bien que les effectifs soient au complet.

"Cette maison nous permet d’avoir un peu plus de confort dans notre accompagnement. On pourra prévoir des rendez-vous personnels le matin, ici, puis ce sera retour sur le terrain dès l’après-midi. Cette partie, celle « d’aller vers » est le plus gros du boulot. On est là où sont les jeunes, dans les snacks, les bars, les parcs… Avec deux soirées en semaine et du travail en horaires décalées, précise cette dernière. Le travail continue. Et il demande du temps ; les effectifs de justice et sociaux sont débordés. La demande, elle, ne s’est jamais arrêtée. À moi seule, j’accompagne aujourd’hui plus de 200 jeunes."

Je m’abonne pour lire la suite

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

(function(d,s){d.getElementById("licnt2061").src= "https://counter.yadro.ru/hit?t44.6;r"+escape(d.referrer)+ ((typeof(s)=="undefined")?"":";s"+s.width+"*"+s.height+"*"+ (s.colorDepth?s.colorDepth:s.pixelDepth))+";u"+escape(d.URL)+ ";h"+escape(d.title.substring(0,150))+";"+Math.random()}) (document,screen)